Article en hypnose - L’hypnose indirecte et les thérapies ericksonniennes



L’hypnose indirecte et les thérapies ericksonniennes

Par Damien GirardMaître-Praticien en Hypnose Ericksonienne

Le psychiatre américain Milton Erickson a développé l'hypnose indirecte , une forme de langage thérapeutique verbal et non verbal en hypnose conversationnelle.

Avant lui, le langage hypnotique était utilisé de façon directive et autoritaire de telle sorte que le sujet devait se plier à la volonté de l’hypnotiseur.

 Autrefois l’hypnose indirecte n’était utilisée que par un petit nombre d’hypnothérapeutes à cause de la complexité du langage utilisé, et aussi parce que celui-ci était beucoup plus élaboré que celui de l’hypnose directive. De nos jours, de plus en plus d’hypnothérapeutes bien formés utilisent cette forme de langage de communication hypnotique en raison de sa grande efficacité.

 À partir de ses expériences Milton Erickson a réalisé que l'utilisation d'un langage indirect en hypnose indirecte permettait aux sujets de décider pour eux-mêmes et de participer à l’expérience hypnotique, cela autant au niveau de l’induction hypnotique qu’à celui de l’intégration dans leur vie d’une thérapie cohérente avec leurs croyances.

 Grâce à la structure du langage permissif utilisé dans les suggestions indirectes, les suggestions ouvertes, les analogies et les métaphores, le sujet vit une expérience agréable qui lui donne  le droit de choisir de se conformer ou non aux suggestions de l’hypnothérapeute. En d’autres mots, elle permet au sujet en hypnose de se sentir plus en contrôle de son expérience et est  donc plus susceptible d’amoindrir les résistances à l’hypnose.

 C’est en utilisant sa propre créativité que l’hypnothérapeute stimule les ressources inconscientes de son client en le guidant plutôt qu’en cherchant à l’influencer. En effet, c’est à partir des suggestions ouvertes et indirectes qui lui sont proposées que le sujet, à un niveau inconscient, découvre et choisit la thérapie qui lui convient le mieux.

 Milton Erickson insistait sur l'importance d'établir le contact avec le patient sur son propre terrain et de créer des situations dans lesquelles ce dernier peut prendre conscience de ses propres capacités à modifier sa manière de penser. En d'autres termes, pour Erickson, « la première chose à faire en psychothérapie est de ne pas essayer de contraindre l'être humain à modifier sa manière de penser ; il est préférable de créer des situations dans lesquelles l'individu modifiera lui-même sa façon de penser ».

Cette méthode d'hypnose conversationnelle s’avère efficace en hypnose thérapeutique et en hypnose médicale, tout particulièrement avec les sujets résistants à l’hypnose.

Le simple fait pour le client de vivre une expérience agréable dès le début de la rencontre, dans le respect de ses valeurs, et à partir de son propre langage est thérapeutique en soi. La thérapie sera mieux intégrée  puisqu’elle sera unique, cohérente, tout en respectant son rythme, ses valeurs et ses résistances. C’est ce que l’on peut appeler « l’effet domino » en hypnothérapie.

Cette capacité de l’hypnose indirecte d’activer les ressources du patient dès le début de la rencontre est une force de cette approche en hypnose dans la mesure où elle  responsabilise le patient quant à son processus de guérison et de changement.

 L’un des aspects les plus importants pour l’hypnothérapeute qui pratique l’hypnose indirecte est d’être constamment en phase avec son client. La relation thérapeute/client est donc essentielle au succès de la thérapie puisque l’hypnothérapeute cherche à créer  un contexte favorable au changement thérapeutique qui est unique et adapté à chaque client, et construit à partir de ce qu’il ressent et observe dans le langage verbal et non verbal de son client.

 Damien Girard, formateur

Maître-praticien en hypnose indirecte et thérapies ericksonienne

 (Tous droits réservés)